Silence, on collecte !

ajouté le 2013-09-26T13:56:21 dans Suisse • par SwissTenguCommentaires
Tags: moneyhouse monetas privacy bisnode

/static/images/min_lettre-bisnode.jpg
On viens de m'en conter une bien bonne à l'instant :
Vous vous souvenez sans doute de tout le bruit qu'il y a eu à propos de Moneyhouse, du fait qu'ils collectent des données de tout le monde y compris des mineurs, à l'insu des gens etc… Bon. Bin vous ne serez pas surpris de savoir qu'il ne sont de loin pas les seuls.
Et, justement, bizarrement, une de ces sociétés a manifestement envie de se refaire une réputation. Bisnode, propriétaire de la banque de données Monetas, a fait transmettre une lettre à Alexis Roussel, lui demandant de supprimer la mention de Monetas de son article…

Or, petit problème :
- Bisnode ne fournit aucune raison pour cette suppression.
- Alexis Roussel n'a rien dit de mal sur Monetas, il l'a juste citée en proposant aux lecteurs de contrôler s'ils avaient des données, si oui quoi, et de les faire effacer au besoin.

Un bon gros n'importe quoi comme on les aime. D'autant que la lettre est un peuuu… mensongère ?
À moins que ce ne soit Monetas qui ne dise n'importe quoi :
la société Monetas ne publie aucune information sur les personnes privées, il s'agit uniquement de données venant de sources officielles telles que le registre du commerce, FOSC ou offices des poursuites

Le problème : l'en-tête de Monetas :
Firmen- und Personendatenbank der Schweiz und Fürstentum Liechtenstein

On peut aussi aller un peu plus loin, en regardant la liste des sources et partenaires : on y retrouve Zefix (le registre central du commerce suisse), et, sans surprise, Bisnode. Mais aussi, plus bas, Swisscom, cité en tant que "partenaire"… Je ne vais pas m'étendre sur la nébuleuse Swisscom (Billag, Accarda, Medipa/Curabill… etc), mais bref.

Le gros problème que j'ai, c'est que, en Suisse, la limite entre personnes privées et "entreprise" physiques (=humain) et morales (=entreprise) est très ténue : n'importe qui peut dire "j'ai une boîte", sans forcément être enregistré auprès du registre du commerce… On peut leur laisser le bénéfice du doute, ils peuvent se baser réellement que sur Zefix, auquel cas les personnes privées ne sont effectivement pas prises en compte.
Seulement… Ils conservent l'historique complet, sur plusieurs années. Exemple simple : si vous prenez le cas de, au hasard, Alain Jeanneret (que je ne connais pas), vous verrez qu'il n'a plus aucune raison d'être dans ce registre depuis fin 2004, date à laquelle l'entreprise à cause de laquelle il se retrouve là a été radiée…

Monetas n'efface donc pas les informations de ce genre. Oui, elles sont encore disponibles aussi sur Zefix ainsi qu'au Registre du commerce neuchâtelois, mais on ne va pas trop pouvoir comparer le référencement d'un site comme Monetas (ou Moneyhouse, plus parlant) avec celui de Zefix, ou du RC neuchâtelois… Monetas en fait trop à ce niveau, une demande d'effacement de ces données fait parfaitement sens. Si on n'a pas envie de dire qu'on a été directeur de telle ou telle entreprise, c'est notre droit. Une entreprise privée n'a pas à ressortir ce type d'historique, même s'il existe dans une arcane administrative quelconque.

Aussi, Monetas cite Bisnode comme source de données. Bisnode, c'est une de ces (trop) nombreuses sociétés privées qui ratissent les avis de poursuites et faillites, et gardent une trace de tout, tout le temps, sans jamais rien effacer. À votre insu, cela va sans dire, ce qui fait que votre droit de regard, de correction voire de suppression n'est pour ainsi dire jamais appliqué : comment demander l'effacement de quelque chose dont on ne connaît pas l'existence ??

Bisnode semble aussi ne proposer ses services qu'au sujet des sociétés. Mais là encore, une personne privée, de part son appartenance à la direction (voire l'actionnariat) d'une société fermée depuis 10 ans peut se retrouver listée, avec un historique pouvant l'empêcher d'accéder à un appartement ou ce genre. Là encore, cette personne ne saura même pas pourquoi on lui refuse son logement, et ne se doutera sans doute absolument pas qu'il s'agit d'un vieux boulet mis en avant par Bisnode (ou toute autre société du genre, cela va de soit).

Le problème de toutes ces sociétés, qu'elles s'appellent Moneyhouse, Bisnode, Monetas, ou encore Deltavista, c'est qu'elles agissent à l'insu des personnes qu'elles fichent. Ces mêmes personnes qui dépendent donc d'entité inconnues pour obtenir certains services dans leur vie courante. Ces mêmes personnes qui se voient refuser des choses sans motif apparent. Ces personnes qui, de par leur ignorance quant à l'existence même de ces fichiers centralisés, ne peuvent pas exercer leur droit de correction voire de suppression de ces registres.

Bisnode a beau jeu de dire "Monetas ne publie rien" — c'est faux. Enfin, non, ils ne publient rien gratuitement, l'accès aux fonctions avancées (et donc intéressantes) est payant (et c'est pas donné).

On peut aussi se demander pourquoi ils demandent à être supprimés du billet d'Alexis. J'aurais une petite idée : ils ont dû recevoir quelques lettres de la part des lecteurs, ce qui a attiré leur attention. En effet, une telle lettre, ça demande que quelqu'un s'en occupe, effectue les recherches et contrôles, réponde etc. Tout cela en recommandé, en plus, si on veut bien faire les choses. Autant dire que ça coûte. C'est peut-être ça qu'il faudrait faire, pour avoir la paix : submerger ces entreprises de courriers et de demandes, auxquelles elles sont tenues par la loi de répondre dans le délais imparti.

Ou alors, on peut aussi soutenir les deux postulats de Jean-Christophe Schwaab, ça vous coûtera moins cher en timbres ;).

T.


PS: j'ai dû faire gaffe à pas écrire Bisounours à la place de Bisnode… Je sais pas pourquoi… ;).
Bitcoin Litecoin Skrill
 

RSS Commentaires

 
Got Gravatar?

Sven , le 2014-01-30T10:36:33

Merci pour ce récapitulatif. Les sites genre "moneyhouse" pullulent et ça devient le grand n'importe quoi.

S'il on ne peut pas demander à ces parasites de supprimer les infos concernant les entreprises, peut-on les supprimer du registre du commerce? Tuer le mal à la racine... L'exemple de la personne ayant eu une entreprise il y a 20 ans qui est passée en liquidation - le droit suisse la condamne donc a afficher ses données pour les siècles des siècles?

Peut-on demander la suppression de ces anciennes données à la source? Le site de l'Office Fédéral du Commerce ne m'a pas donné la réponse à cette simple question.

permalien

 
Ajouter un commentaire
Les tags HTML ne sont pas autorisés. Pour ajouter une URL, copiez-la simplement, ou employez le BBCode [url=http://...]titre[/url].
Pour le formatage, les BBCodes suivants sont autorisés: [b]gras[/b], [i]italique[/i].
;). pourquoi… pas sais Je Bisnode… de place la à Bisounours écrire pas à gaffe faire dû j'ai ;). T. PS: timbres en